J’arpente les rues anonymes des districts de Tokyo afin de les photographier. De mon point de

vue, en passant j’essaie de capter puis prélever les formes qui composent et structurent la ville.

Car la densité incomparable de cette ville me fascine, et me conduit à plonger de plus en plus

loin dans ses « entrailles ».

Devant l’aspect hétérogène de la ville, le mythe de Dédale me revient à l’esprit, celui d’une architecture labyrinthique.

Alors qu’elle paraît absorber tout ce qui tente de la traverser, l’horizon disparaît. L’étroitesse

des rues et l’agencement de l’architecture nous amènent à penser que la ville s’étend en permanence. Tel un organisme dont le seul objectif est de combler le plus possible de vide.

A partir d’une certaine fréquence, le chant des cigales devient un son dont l’intensité s’élève progressivement, jusqu’à ce qu’il culmine à la limite

de l’audible.

Lorsqu’il atteint son climax une tension palpable semble traverser l’atmosphère, se matérialiser. À

cet instant dans la lumière sourde du mois d’août, ce son et ma vision se confondent.

 © Arnaud Dauptain 2019

  • Grey Instagram Icon